Sur l'éducation catholique

La question était de savoir ce que ça donne, l’éducation catholique. Comme vous vous en doutez sans doute un peu, ma réponse n’est pas très flatteuse.

Ça ajoute un grand sentiment de culpabilité dont personnellement j’aurais pu me passer. Il y a quelque chose de profondément dérangé dans la culture catholique de mon enfance. Elle était très fondée sur la notion de péché. Il me semble que le grand but de l’affaire, la seule façon d’être acceptée en tant qu’enfant digne de ce nom (du point de vue du Père, bien sûr, et du père aussi un peu beaucoup) était de ne pas commettre de péchés.

Jamais du tout. Et si par malheur je succombais, il était important - que dis-je, crucial - de m’en confesser drette la tout de suite. Et de subir ma pénitence avec grâce. Ou en tous cas, sans râler.

Ça ajoute aussi un répertoire de symboles sans signification profonde, et de cérémonies vides de sens. Noël, pour ne prendre qu’un exemple récent. Y’a-t-il pire, vous pensez? De célébrer la naissance de Jésus en se garrochant des cadeaux dispensieux par la tête et en faisant tout un plat (en fait, bien des plats, les petits dans les grands et tout le foutu falala) et de bien respecter toutes les traditions qui, rappelons-le au cas où vous l’auriez oublié, n’ont rien, mais alors là rien du tout, à voir avec le p’tit Jésus.

Même la messe de minuit se transforme en party. On revêt ses plus beaux habits afin que tout le monde sache qu’on est bien nanti (et mince aussi, enfin, qu’on essaie), et on écoute la musique et les chants mais la liturgie, elle, meh. On s’en sacre comme de l’an quarante.

Donc voilà c’est tout. Dans un temps plus ancien que le mien, étant donné que je suis somme toute encore bien jeune, l’éducation catholique - au moins pour les garçons - avait pour avantage d’en être une bonne, d’éducation. Les classiques, la rhétorique, la logique, et ainsi de suite. Mais bon, ayant fréquenté l’école dans les années 70 et 80, c’était déjà passé et la qualité de l’éducation était plutôt bien ordinaire.

Comme je le disais, mon opinion n’est pas particulièrement reluisante.

Can you laugh at your past mistakes?

My Dolly

0